Foire aux questions

C'est quoi une Fertil'canne ?


C'est un outil qui sert à amener directement au niveau des racines des fertilisants ou autres traitements spécifiques, sans gaspillage avec plus d’efficacité et beaucoup moins d'efforts !!! Pour mieux comprendre le processus allez directement voir notre rubrique vidéo...




Quand doit-on ou peut-on fertilser ?


Deux grandes saisons de fertilisation sont à privilégier : Fertilisation de printemps : C’est le moment de mettre les éléments fertilisants à disposition des racines de vos plantes. Si vous ne devez fertiliser qu’une seule fois, préférez le printemps (d’avril à juin). Le printemps est le moment de satisfaire l’appétit des plantes en début de végétation. Vous pouvez « caler » vos apports de fertilisants sur le démarrage de la végétation. Pour votre confort, l’utilisation d’engrais à libération programmée du type « Osmocote Exact » permet d’apporter tous les éléments nutritifs nécessaires au bon développement de vos plantes, proportionnellement à ses besoins, pendant toute la saison de végétation, limitant ainsi les pollutions par lessivage et le gaspillage de ressources naturelles. Plus d’Info: Osmocote Exact Comment fertiliser au printemps ?
La fertilisation de printemps est également appelée “fumure d’entretien”. Elle s’applique au début et en cours de végétation. Les engrais liquides et les poudres solubles sont d’assimilation plus rapide car ils sont immédiatement dilués dans le sol, et leur effet est immédiat mais de courte durée. La Fertil’canne peut vous permettre cet apport « coup de fouet » sans gaspillage, mais attention, évitez les surdosages. Les engrais solides (sous forme de granulés, pastilles, boulettes, etc.) auront un effet plus durable (selon formulation), sur toute la période de végétation. Incorporés dans le sol avec la Fertil’canne®, ils seront efficaces immédiatement et dans la durée. Fertilisation d'automne : C’est le moment de mettre en réserve des éléments fertilisants dans le sol pour le printemps suivant. L’automne est en effet le moment de créer les réserves « d’aliments » dans le sol. L’Azote : apporté sous forme organique (non soluble dans l’eau pour éviter tout risque de lessivage), il va rester dans le sol en attendant la chaleur des premiers rayons de soleil du printemps. Les micro-organismes (bactéries) vont alors transformer cet azote organique en aliment pour la plante (nitrates…), au moment même où elle en aura besoin. Un apport d’Azote sous forme de granulés organiques en automne prépare le bon développement des plantes pour le printemps. Le Phosphore, la Potasse et le magnésium : ce sont des « engrais de fond ». Durant l’automne et l’hiver, le phosphore, la potasse et le magnésium vont rester stockés dans le sol, et seront à disposition des racines de la plante pour la reprise de végétation au printemps. Vous pouvez faire un apport de ces trois éléments dès l’automne si votre sol est assez consistant (sol « lourd »), ils resteront stockés dans le sol sans risquer d’être lessivés. Si votre sol est dit « léger », préférez un apport de ces éléments au printemps. Pourquoi fertiliser en Automne ?
La fertilisation d’automne est également appelée “fumure de fond” ou “fumure de réserve”. Elle doit être enfouie dans le sol. Sur des cultures déjà installées mais qui s’affaiblissent, une fumure riche en phosphore, en potasse et en magnésium améliorera la fertilité du sol et permettra une reprise plus vigoureuse. En sol pauvre, l’azote organique stimulera la vie microbienne nécessaire à la vie des plantes. Les bactéries vivent grâce à l’azote organique qu’elles transforment. Remarque générale sur la fertilisation. Produire autant voire plus avec moins d’intrants de synthèse est un véritable challenge. Si actuellement, on se focalise plutôt sur la réduction des produits phytosanitaires, la fertilisation n’en est pas moins concernée et ceci pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le prix des engrais devrait avoir tendance à augmenter pour des raisons d’offre et de demande et de coût de l’énergie. De plus, P (Phosphore) et K (potasse) ne sont pas des ressources renouvelables et les réserves étant figées, l’offre va diminuer, entraînant une pression supplémentaire sur les marchés. Enfin, s’ajoutent des considérations environnementales : eutrophisation, émissions de gaz à effet de serre (la fertilisation azotée étant le poste principal d’émissions de gaz à effet de serre en productions végétales)… L’optimisation de la fertilisation, même à très petite échelle n’est donc pas à négliger. Jouer sur la localisation spatiale de l’apport est une réponse à ces questions: on parle de fertilisation localisée.




Comment mycorhizer vos chênes et autres arbres truffiers ?


La mycorhization des chênes et autres espèces truffières (Tilleuls, pins, noisetiers, etc.) reste assez mystérieuse. Il faut avant toute chose, que votre sol convienne à la trufficulture. La culture de la truffe réussie apparemment mieux dans un sol drainant, riche en calcaire actif, aéré, avec une bonne activité biologique. Si tel est le cas, il s’agit alors d’inoculer des spores à partir de petits morceaux de truffes qui germeront pour produire les mycéliums truffiers (Tuber melanosporum par exemple), et qui après association naturelle avec les jeunes racines de vos arbres (symbiose) deviendront les mycorhizes porteuses de vos futures truffes. On a l’habitude de mycorhizer les arbres truffiers dès la germination de la graine (du gland pour le chêne), ce qui reste la bonne méthode pour implanter une parcelle. Mais dans le cas d’arbres déjà en place non mycorhizés ou dont la mycorhization n’aurait pas marché, il vous reste la possibilité d’utiliser la Fertil’canne® en perforant le sol sur 15 à 20 cm de profondeur, toujours à l’aplomb du feuillage, là ou se situent les jeunes racines prêtes à s’associer au mycélium truffier. La méthode de mycorhization recèle encore de nombreux secrets , pourtant, nous en savons maintenant davantage à son sujet: Le cycle biologique de la truffe dure plusieurs mois: Il commence par la germination des spores contenus en grandes quantités dans la truffe elle-même (plus de 1 million de spores dans 1g de truffe). Dés la fin de l’hiver, ces spores vont germer pour donner un mycélium qui après association symbiotique avec les très jeunes racines de l’arbre produira les fameux filaments mycorhiziens sur lesquels vont naître les futures truffes. A la fin du printemps voire au début de l’été, deux mycéliums compatibles vont s’accoupler pour former une truffette (c’est la phase de reproduction sexuée). C’est seulement 6 à 8 mois plus tard que vous pourrez récolter la truffe adulte. Il est donc nécessaire de favoriser la sexualité de la truffe et pour cela d’inoculer dans le sol, au niveau des jeunes racines de l’arbre, de nouveaux spores. Ceux-ci germeront ensuite pour produire un mycélium qui, s’il s’avère compatible avec les autres mycéliums, permettra que la multiplication sexuée se produise, engendrant la production de truffettes, puis de truffes si celle-ci rencontrent les conditions favorables pour parvenir à maturité. Fertil’canne vous permet de procéder à cette opération en apportant de tout petits morceaux de truffes en différent point autour de votre arbre, juste à l’aplomb du feuillage, là où se développent les jeunes racines. Vous pouvez aussi apporter ces spores sous forme liquide, dans une bouteille plastique, après avoir broyé des truffes inaptes à la ventes (trop mures, mal formées, commençant à pourrir, etc.). Vous pouvez également utiliser des truffes congelées, les spores résistent sans problème aux températures de congélation. Intervenez après une bonne pluie afin de remplir les conditions pour une bonne germination de vos spores, et afin de faciliter la pénétration de votre fertil’canne dans le sol (environ 15cm). Bonne mycorhization!




Qu'est ce qu'un fertilisant ?


Un fertilisant se présente soit sous forme organique (matière organique en décomposition : compost, fumier, etc.), que vous pouvez trouver dans le commerce sous divers conditionnements (granulés, pastilles, pellets, tablets, etc.), soit sous forme minérale (engrais minéraux issus de l’industrie de l’agrochimie, avec un conditionnement recommandé en granules enrobées type Osmocote). Tous ces fertilisants contiennent les nutriments dont la plante a besoin pour se développer. Pour schématiser, il existe 3 ou 4 éléments majeurs nécessaires au développement des plantes : N (Azote), P (Phosphore) et K (Potasse) et dans une moindre mesure le magnésium (Mg). Les autres éléments minéraux appelés oligo-éléments (cuivre, bore, fer, zinc,…), consommés en plus petites quantités sont également essentiels. Ils font plus rarement défaut dans le sol. L’Azote : apporté par les engrais sous forme minérale (nitrates), il est immédiatement assimilable par les racines des plantes, ce qui permettra une croissance rapide de toutes leurs parties vertes. Pour une action de plus longue durée, vous pouvez faire soit un apport d’azote organique en granulés (pellets) par exemple, soit de nitrate directement assimilable, mais sous forme de granules enrobées à libération progressive (Osmocote). NB : Attention, l’azote sous forme de nitrate n’est pas retenu par le sol, il doit être apporté en cours de végétation afin qu’il ne soit pas « lessivé » et qu’il ne pollue la nappe phréatique. D’où l’intérêt d’utiliser des engrais enrobés à libération programmée du type Osmocote Exact qui fournissent à la plante tous les éléments nutritifs (azote, phosphore, potasse, magnésie et oligo-éléments) nécessaires à sa croissance, au fur et à mesure de ses besoins, sans gaspillage et de façon optimale. Pour votre confort d’utilisation, il existe des conditionnements en « cônes » d’Osmocote Exact appelés « Tablet». Cette formulation est particulièrement facile d’utilisation avec Fertil’Canne®. Le Phosphore, la Potasse et le magnésium : ces 3 éléments fixés dans le sol ne migrent pas facilement, ils ont besoin de beaucoup de temps pour arriver jusqu’aux racines. Avec la Fertil’canne®, ils peuvent être mis directement à disposition des racines au printemps, au moment du démarrage de végétation. Si on veut encore améliorer ses récoltes de fruits ou donner plus de résistance à des plantes qui paraissent fragiles, il faudra incorporer l’engrais plus profondément dans le sol (entre 15 et 30cm), pour que ces 3 éléments se trouvent au plus près des racines. Cette remarque vaut pour tous les éléments fertilisants, ainsi un apport d’oligo-éléments en cas de carence (Cuivre, fer, bore, etc.), au plus près des racines, peut être essentiel au bon développement de vos plantes.
Fertil’canne® apporte ces fertilisants précisément là ou ils seront disponibles et utiles pour la plante.




Quelques recommandations


Intervenez toujours sur un sol humide afin de faciliter la pénétration de la Fertil’canne®.

Le rebouchage du trou de perforation du sol n’est pas indispensable, il permet l’aération du système racinaire.

Diminuez ou diluez les doses d’engrais ou de traitements afin d’éviter de brûler les racines.

Faites des apports fractionnés, c’est plus efficace et si simple avec la Fertil’canne®.

En sol particulièrement dur ou caillouteux, n’utilisez pas de marteau pour enfoncer votre Fertil’canne®, un pré-trou à la barre à mine peut dans ce cas être utile. Votre Fertil’canne vous permettra alors de conduire le traitement ou le fertilisant au fond de ce pré-trou, sans effort.