Conseils d’utilisations

Où se développent les jeunes racines ?

Le système racinaire des végétaux se développe proportionnellement à la partie aérienne en s’élargissant d’année en année par cercles concentriques de plus en plus éloignés du pied de la plante. Ainsi, si vous fertilisez à l’aplomb du feuillage, vous avez toutes les chances d’atteindre les radicelles, ces jeunes racines qui nourrissent la plante. C’est bien là qu’il faut intervenir si vous apportez un fertilisant ou un traitement.

Comment apporter les traitements et fertilisants ?

Il est important d’apporter les fertilisants ou autres traitements (inoculums, purins divers…), par petites doses (évitez de surdoser), en deux, ou trois points minimum autour de la plante et davantage pour les végétaux de plus grand développement. La profondeur pourra varier selon l’âge de la pante et le type de sol. En général, 10 à 25cm constitue une bonne profondeur pour intervenir au plus près des jeunes racines. Intervenez dans un sol humide afin de faciliter la pénétration de la canne dans la terre.

NB : En sol particulièrement dur ou caillouteux, un pré trou à la barre à mine peut-être utile. la Fertil’canne® vous permettra alors de conduire le traitement ou le fertilisant au fond du trou sans effort.

Les fertilisants et les saisons de fertilisation :

Deux grandes saisons de fertilisation sont à privilégier :

Le printemps :

C’est le moment de mettre les éléments fertilisants à disposition des racines de vos plantes.

Si vous ne devez fertiliser qu’une seule fois, préférez le printemps (d’avril à juin).

Le printemps est le moment de satisfaire l’appétit des plantes en début de végétation. Vous pouvez « caler » vos apports de fertilisants sur le démarrage de la végétation.

Pour votre confort, l’utilisation d’engrais à libération programmée du type « Osmocote Exact » permet d’apporter tous les éléments nutritifs nécessaires au bon développement de vos plantes, proportionnellement à ses besoins, pendant toute la saison de végétation, limitant ainsi les pollutions par lessivage et le gaspillage de ressources naturelles.

Plus d’Info:  Osmocote Exact 

Mais qu’est-ce qu’un fertilisant ?

Un fertilisant se présente soit sous forme organique (matière organique en décomposition : compost, fumier, etc.), que vous pouvez trouver dans le commerce sous divers conditionnements (granulés, pastilles, pellets, tablets, etc.), soit sous forme minérale (engrais minéraux issus de l’industrie de l’agrochimie, avec un conditionnement recommandé en granules enrobées type Osmocote). Tous ces fertilisants contiennent les nutriments dont la plante a besoin pour se développer.

Pour schématiser, il existe 3 ou 4 éléments majeurs nécessaires au développement des plantes : N (Azote), P (Phosphore) et K (Potasse) et dans une moindre mesure le magnésium (Mg). Les autres éléments minéraux appelés oligo-éléments (cuivre, bore, fer, zinc,…), consommés en plus petites quantités sont également essentiels. Ils font plus rarement défaut dans le sol.

L’Azote : apporté par les engrais sous forme minérale (nitrates), il est immédiatement assimilable par les racines des plantes, ce qui permettra une croissance rapide de toutes leurs parties vertes. Pour une action de plus longue durée, vous pouvez faire soit un apport d’azote organique en granulés (pellets) par exemple, soit de nitrate directement assimilable, mais sous forme de granules enrobées à libération progressive (Osmocote).

NB : Attention, l’azote sous forme de nitrate n’est pas retenu par le sol, il doit être apporté en cours de végétation afin qu’il ne soit pas « lessivé » et qu’il ne pollue la nappe phréatique. D’où l’intérêt d’utiliser des engrais enrobés à libération programmée du type Osmocote Exact qui fournissent à la plante tous les éléments nutritifs (azote, phosphore, potasse, magnésie et oligo-éléments) nécessaires à sa croissance, au fur et à mesure de ses besoins, sans gaspillage et de façon optimale. Pour votre confort d’utilisation, il existe des conditionnements en « cônes  » d’Osmocote Exact appelés « Tablet». Cette formulation est particulièrement facile d’utilisation avec Fertil’Canne®.

Le Phosphore, la Potasse et le magnésium : ces 3 éléments fixés dans le sol ne migrent pas facilement, ils ont besoin de beaucoup de temps pour arriver jusqu’aux racines. Avec la Fertil’canne®, ils peuvent être mis directement à disposition des racines au printemps, au moment du démarrage de végétation.

Si on veut encore améliorer ses récoltes de fruits ou donner plus de résistance à des plantes qui paraissent fragiles, il faudra incorporer l’engrais plus profondément dans le sol (entre 15 et 30cm), pour que ces 3 éléments se trouvent au plus près des racines.

Cette remarque vaut pour tous les éléments fertilisants, ainsi un apport d’oligo-éléments en cas de carence (Cuivre, fer, bore, etc.), au plus près des racines, peut être essentiel au bon développement de vos plantes.
Fertil’canne® apporte ces fertilisants précisément là ou ils seront disponibles et utiles pour la plante.

Comment fertiliser au printemps ?
La fertilisation de printemps est également appelée “fumure d’entretien”. Elle s’applique au début et en cours de végétation. Les engrais liquides et les poudres solubles sont d’assimilation plus rapide car ils sont immédiatement dilués dans le sol, et leur effet est immédiat mais de courte durée. La Fertil’canne peut vous permettre cet apport « coup de fouet » sans gaspillage, mais attention, évitez les surdosages. Les engrais solides (sous forme de granulés, pastilles, boulettes, etc.) auront un effet plus durable (selon formulation), sur toute la période de végétation. Incorporés dans le sol avec la Fertil’canne®, ils seront efficaces immédiatement et dans la durée.

 L’ automne

C’est le moment de mettre en réserve des éléments fertilisants dans le sol pour le printemps suivant.

L’automne est en effet le moment de créer les réserves « d’aliments » dans le sol.

L’Azote : apporté sous forme organique (non soluble dans l’eau pour éviter tout risque de lessivage), il va rester dans le sol en attendant la chaleur des premiers rayons de soleil du printemps. Les micro-organismes (bactéries) vont alors transformer cet azote organique en aliment pour la plante (nitrates…), au moment même où elle en aura besoin.

Un apport d’Azote sous forme de granulés organiques en automne prépare le bon développement des plantes pour le printemps.

Le Phosphore, la Potasse et le magnésium : ce sont des « engrais de fond ». Durant l’automne et l’hiver, le phosphore, la potasse et le magnésium vont rester stockés dans le sol, et seront à disposition des racines de la plante pour la reprise de végétation au printemps.

Vous pouvez faire un apport de ces trois éléments dès l’automne si votre sol est assez consistant (sol « lourd »), ils resteront stockés dans le sol sans risquer d’être lessivés. Si votre sol est dit « léger », préférez un apport de ces éléments au printemps.

Pourquoi fertiliser en Automne ?
La fertilisation d’automne est également appelée “fumure de fond” ou “fumure de réserve”. Elle doit être enfouie dans le sol. Sur des cultures déjà installées mais qui s’affaiblissent, une fumure riche en phosphore, en potasse et en magnésium améliorera la fertilité du sol et permettra une reprise plus vigoureuse. En sol pauvre, l’azote organique stimulera la vie microbienne nécessaire à la vie des plantes. Les bactéries vivent grâce à l’azote organique qu’elles transforment.

Remarque générale sur la fertilisation.

Produire autant voire plus avec moins d’intrants de synthèse est un véritable challenge. Si actuellement, on se focalise plutôt sur la réduction des produits phytosanitaires, la fertilisation n’en est pas moins concernée et ceci pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le prix des engrais devrait avoir tendance à augmenter pour des raisons d’offre et de demande et de coût de l’énergie.

De plus, P (Phosphore) et K (potasse) ne sont pas des ressources renouvelables et les réserves étant figées, l’offre va diminuer, entraînant une pression supplémentaire sur les marchés. Enfin, s’ajoutent des considérations environnementales : eutrophisation, émissions de gaz à effet de serre (la fertilisation azotée étant le poste principal d’émissions de gaz à effet de serre en productions végétales)… L’optimisation de la fertilisation, même à très petite échelle n’est donc pas à négliger.

Jouer sur la localisation spatiale de l’apport est une réponse à ces questions: on parle de fertilisation localisée.

Les avantages de l’apport d’engrais localisé :

L’apport d’engrais en localisé est utilisé depuis de nombreuses années par les professionnels de l’horticulture et ces méthodes cherchent à s’adapter en agriculture. Ces techniques de fertilisation en localisé ont tendance à se généraliser aujourd’hui par souci d’économie et de respect de l’environnement.

La Fertil’canne est un outil parfaitement adapté à la fertilisation localisée.
La localisation vous permet de réserver l’engrais apporté à vos cultures et non aux « mauvaises herbes », c’est une économie simultanée de fertilisant et de désherbage.

  • Dépose de l’engrais au plus proche des racines réduisant les pertes par lessivage,
  • Meilleure efficacité de l’engrais enfoui,
  • Réduction des pertes par volatilisation de l’engrais,
  • Apport de fertilisants organiques ou minéraux sous diverses présentations au choix:
    granulés, pastilles, poudre, liquide…
  • Aération et oxygénation du système racinaire (via le pré-trou de la Fertil’canne®).

Planter, semer et arroser son potager

Jardinez autrement, sans vous baisser :

À priori plus anecdotique, l’utilisation de Fertil’canne® au potager permet pourtant de venir en aide aux personnes qui souhaitent jardiner sans se « casser » le dos  ou aux personnes dont le handicap n’autorise pas de jardiner de façon classique.

Semis de graines diverses :

Sans vous baisser, Fertil’canne® vous permet de tracer vos sillons de semis, et semer vos grosses graines directement via le tube conducteur « en poquet » (haricots, petits pois, fèves…), ou vos plus petites graines en les mélangeant à du sable.

Plantation de petit bulbes:

N’oubliez pas de planter vos petits bulbes (ail, échalote, petits oignons…), toujours debout et sans vous  fatiguer. Idem pour  disperser dans vos massifs paysagers vos petits bulbes à fleurs.

Plantation de jeunes plants :

Fertil’canne® peut ainsi servir de plantoir pour effectuer les trous lors de la plantation de vos poireaux, choux, salades (ou autres légumes), et pourquoi pas, si vos poireaux sont suffisamment petits et taillés courts, ne pas utiliser cet outil pour les diriger directement dans le trou, toujours sans vous baisser ? Il ne vous restera plus qu’à tasser la terre autour des racines avec le cône de perforation, puis à arroser, ce qui reste là encore possible avec la Fertil’canne®.

Jardinez autrement, en utilisant très peu d’eau!

Pour un jardin presque sans eau :

Dans certains cas très particuliers, si vous manquez d’eau, ou que votre parcelle n’a pas l’eau courante et que vous souhaitez malgré tout cultiver quelques légumes, pensez à votre Fertil’canne®. En utilisant votre Fertil’canne® comme conducteur pour arroser vos légumes directement aux racines (tomates, aubergines…), vous économiserez au maximum l’eau (Il vous suffira de quelques arrosoirs pour la saison) et en plus, vous ne laisserez aucune chance aux « mauvaises herbes » de profiter de cette eau. De plus, si vous « couplez » différentes techniques d’économie d’eau (cultures sur paillage ou cultures en « lasagne », et arrosages occasionnels avec votre Fertil’canne®), vous n’aurez besoin que de très peu d’eau pour votre potager. Ces arrosages localisés vous permettront de faire le « joint » entre deux pluies d’orage.

Afin de limiter les interventions au jardin, pourquoi ne pas coupler vos arrosages à votre fertilisation (à doses très diluées bien sûr), en mélangeant directement votre engrais dans le réservoir de votre pulvérisateur qui vous servira de doseur en l’introduisant dans l’orifice de votre Fertil’canne®. L’eau d’arrosage et l’engrais dilué arrivent ainsi directement aux racines sans perte ni évaporation. De la même manière, pourquoi ne pas apporter simultanément vos stimulants végétaux à base de purins (ortie, consoude, prêle…), afin de limiter le gaspillage de ces produits, sans que les « mauvaises herbes » n’en profitent ?

PS : L’apport d’engrais et de purins simultanément à l’arrosage, directement au cœur des racines, devra se faire à doses très diluées afin d’éviter de brûler les racines.

Vous pouvez aussi concevoir votre potager dans un esprit « Permaculture ».

Jardinez autrement, jardinez naturellement! 

Faites de la biodiversité votre allié!

Vous souhaitez laisser faire la nature tout en favorisant certaines plantes utiles ( légumes sauvages, fruitiers…), mais sans bouleverser les équilibres existants? Fertil’canne vous permet de cibler vos interventions en fertilisant et en arrosant uniquement telle ou telle plante utile.
Vous ne travaillez plus le sol, vous vous contentez de favoriser le développement des plantes nécessaires à votre consommation.
Votre cueillette en sera considérablement améliorée.
Vous pouvez également implanter vos propres plants de légumes dans une terre non travaillée.
Vous n’apporterez alors que l’eau et les fertilisants et autres purins de plantes qu’aux pieds de vos légumes et arbres fruitiers.

Voir démonstration vidéo.

Apporter un traitement phytosanitaire au niveau du système racinaire.

En lutte biologique, certains traitements doivent être apportés au plus près des racines.

  • C’est le cas des traitements utilisant des inoculums de champignons utiles permettant de détruire d’autres champignons pathogènes des cultures. Ces traitements qui craignent l’exposition aux UV du soleil peuvent être apportés directement dans le sol via la Fertil’canne®.
  • C’est encore le cas des champignons mycorhiziens, vivant en symbiose avec les racines des plantes cultivées, démultipliant ainsi leur pouvoir d’absorption des éléments nutritifs du sol en échange d’un peu de sève élaborée par la plante.
    Ceux-ci pourront être apportés au niveau des jeunes racines, juste à l’aplomb du feuillage de la plante cultivée. La mycorhization se fera naturellement à partir des dépôts d’inoculums apportés avec la fertil’canne® (Voir : Comment apporter les traitements et fertilisants ?)
  • Bien d’autres traitements sous forme liquide ou de tourteaux en granulés(pellets), comme des stimulants végétaux à base de purins d’ortie, de consoude, de prêle, de tourteaux de Neem, etc.,  peuvent être apportés. Intervenez directement au pied des cultures, à petites doses ou après dilution ( si liquide) pour éviter de brûler les racines.  Et dans ce domaine des stimulants végétaux, de nombreuses observations restent à faire.

Comment mycorhizer vos chênes et autres arbres truffiers ?

La mycorhization des chênes et autres espèces truffières (Tilleul, pins, noisetier, etc.) reste assez mystérieuse. Il faut avant toute chose, que votre sol convienne à la trufficulture. Il doit être drainant, riche en calcaire actif, aéré, avec une bonne activité biologique.

Si tel est le cas, il s’agit alors d’inoculer des mycorhizes truffiers (Tuber melanosporum par exemple), au niveau des jeunes racines afin que l’association racines et mycélium se fasse naturellement. On a l’habitude de mycorhizer les arbres truffiers dès la germination de la graine (du gland pour le chêne), ce qui reste la bonne méthode pour implanter une parcelle. Mais dans le cas d’arbres déjà en place non mycorhizés ou dont la mycorhization n’aurait pas marché, il vous reste la possibilité d’utiliser la Fertil’canne® en perforant le sol sur 15 à 20 cm de profondeur, toujours à l’aplomb du feuillage, là ou se situent les jeunes racines prêtes à s’associer au mycélium truffier.

Pour le choix de la méthode de mycorhization, voir avec les professionnels du secteur.